Accès universel en bibliothèque collégiale : quels éléments considérer pour innover ?

Article rédigé par Valérie Rioux, bibliothécaire de liaison au Centre de documentation collégiale. L’auteure tient à remercier Andrée Dagenais, bibliothécaire au Centre de documentation collégiale.

Image tirée de Wikimedia Commons

Image tirée de Wikimedia Commons

 

1. La communauté des bibliothèques interpellée

Depuis les dernières années, le nombre d’étudiantes et d’étudiants en situation de handicap a bondi dans les cégeps et les collèges du Québec. De nombreux membres de la communauté étudiante collégiale bénéficient désormais de mesures d’aide. Pendant ce temps, les discours sur l’adéquation de la mission de diplomation des cégeps et leur volonté d’inclusion se multiplient.

Lors du congrès du réseau international Ed-ICT qui s’est déroulé à Montréal en mai 2017 au Collège Dawson, les bibliothèques des établissements d’enseignement ont été identifiées comme parties prenantes de la réussite de la population étudiante en situation de handicap. Plusieurs champs d’intervention sont identifiés dans les actes de congrès sur la manière dont les bibliothécaires peuvent s’impliquer pour rendre l’expérience du savoir plus universel, notamment par la conception des espaces physiques, l’accessibilité des ressources documentaires numériques et le support aux usagers en situation de handicap ou de difficultés d’apprentissage.

Dans le cadre de ce nouveau bulletin de veille sur les pratiques innovantes en bibliothèque, nous offrirons un aperçu de différents éléments à considérer pour innover dans l’inclusivité de nos services, notamment en introduisant les fondements de la conception universelle de l’apprentissage.

2. Quelques éléments d’ordre légal

À l’heure actuelle, il n’existe pas d’obligations légales au Canada d’assurer un accès universel à tous les types de contenus au niveau postsecondaire (Ed-ICT, 2017). Cela dit, les personnes en situation de handicap sont protégées par la Loi assurant l’exercice des droits des personnes handicapéesen vue de leur intégration scolaire, professionnelle et sociale. De plus, « tous les établissements ont l’obligation de soutenir les étudiantes et les étudiants en situation de handicap, selon l’article 10 de la Charte des droits et libertés de la personne concernant le droit à l’égalité. » (Éducation et Enseignement supérieur, 2018)

Le Canada est signataire du Traité de Marrakech, qui « vise à conjuguer les efforts de la collectivité internationale de manière à répondre aux besoins des personnes ayant une déficience visuelle en leur donnant accès en temps opportun à une variété de documents imprimés »  (Innovation, Sciences et Développement économique Canada, 2016).

De fait, la Loi sur le droit d’auteur permet un certain nombre d’exceptions en milieu éducatif pour la production d’exemplaires sur d’autres types de support pour les personnes ayant des déficiences perceptuelles.

3. La conception universelle de l’apprentissage et les bibliothèques

Les bibliothèques peuvent utiliser les principes de design universel et de la conception universelle de l’apprentissage (CUA) pour penser l’inclusivité de leur offre de services et des espaces qu’elles mettent à la disposition des personnes utilisatrices. Alors que le design universel répond davantage à des préoccupations environnementales et architecturales, la CUA est construite autour de l’idée de concevoir des programmes scolaires permettant à toutes les personnes d’avoir un accès complet aux contenus, sans barrières physiques, et indépendamment des difficultés d’apprentissage ou des troubles langagiers.

La CUA repose sur trois principes :

  1. Fournir des moyens multiples de représentation (le “quoi” de l’apprentissage)
  2. Fournir des moyens multiples d’expression (le “comment” de l’apprentissage)
  3. Fournir des moyens multiples d’engagement (le “pourquoi” de l’apprentissage)

(Adapté de l’anglais des Lignes directrices pour la conception universelle de l’apprentissage du Centre for Applied Technologies, CAST, 2018)

Plus précisément, le premier principe réfère aux formats dans lesquels se présentent les contenus. Le second se concentre sur l’utilisation de différentes stratégies pour organiser les apprentissages et exprimer les connaissances acquises. Le troisième, enfin, concerne la manière dont les individus peuvent s’engager et se sentir motivés: par exemple, alors que certains préfèrent la spontanéité dans leurs découvertes, d’autres préfèrent la routine; certains préfèrent travailler seuls alors que d’autres s’épanouissent dans le travail d’équipe.

4. Pratiques à adopter

Pour les bibliothèques, l’application des principes de CUA concerne ainsi non seulement les formats dans lesquels les différentes ressources informationnelles sont disponibles, mais également la variété des espaces physiques et virtuels que les usagères et les usagers peuvent investir. Non seulement faut-il garantir un accès sans barrière physique à la bibliothèque et à ses différents points de services, mais également faut-il penser les services en ligne pour la population étudiante qui a recours à des lecteurs d’écran, ou qui ont de la difficulté à faire la distinction entre certains niveaux de contrastes, par exemple. Le Conseil du Trésor met d’ailleurs à la disposition du public une liste des standards sur l’accessibilité du web pour garantir le meilleur accès possible à toutes les personnes aux informations disponibles sur Internet.

Afin de s’assurer de fournir des services qui répondent réellement aux besoins des personnes utilisatrices en situation de handicap ou de difficultés d’apprentissage, les bibliothèques peuvent également s’allier avec des organismes œuvrant auprès des communautés avec des besoins particuliers, notamment les centres de services adaptés présents dans les collèges et les cégeps du Québec.

Par ailleurs, il est essentiel d’inclure la communauté étudiante en situation de handicap ou de troubles de l’apprentissage à toutes les étapes du processus de réflexion et de conception des services et des espaces de la bibliothèque.

Pour en savoir plus sur la manière dont les bibliothèques peuvent s’engager dans une démarche de CUA:

5. Ressources additionnelles

Un outil d’autoformation, nommé Project Enable, est disponible gratuitement, en anglais, pour permettre aux bibliothécaires et aux personnels des bibliothèques intéressés par le design universel et la conception universelle des apprentissages de développer une pratique plus inclusive. Bien que basé sur le cadre légal des États-Unis, l’outil permet de faire un survol des pratiques en termes de politiques et de processus, de programmation et technologies adaptées. Un module complet se concentre par ailleurs à sensibiliser les bibliothèques aux troubles du spectre de l’autisme et au genre d’intervention qu’elles peuvent réaliser pour perfectionner leur offre de service.

Depuis le mois de mars 2018 se déroule à Montréal, l’initiative Enable Montreal, un défi de codesign non compétitif qui vise à trouver des solutions innovantes pour rendre la ville plus accessible et inclusive pour les personnes vivant en situation de handicap.

Le Centre de documentation collégiale a produit, en 2017, un Bulletin dont les ressources présentées ont fait l’objet d’un travail de curation par deux spécialistes du réseau collégial sur le sujet des étudiantes et étudiants en situation de handicap. Bien que s’adressant principalement au corps enseignant, le Bulletin rejoint la mission de soutien à l’enseignement des bibliothèques collégiales.

D’autres ressources pouvant guider les bibliothèques :

6. Accès universel et bibliothèques collégiales: l’innovation passera par la collaboration

La conception universelle de l’apprentissage (CUA) devient de plus en plus courante dans le discours du réseau collégial québécois, mais son application dans les bibliothèques reste encore en émergence.

Quelques exemples de bibliothèques inspirantes dans leurs démarches de design universel ou de CUA :

  • La bibliothèque de l’Université McMaster possède son propre site web pour ses services adaptés
  • La bibliothèque de Mirabel offre depuis peu un service pour enfants à besoins particuliers.
  • La Bibliothèque du Congrès offre une variété de services et d’activités adaptées, dont des visites guidées sensorielles pour les personnes non-voyantes

À travers la CUA, les bibliothécaires peuvent trouver un nouveau cadre de réflexion qui leur permet de fournir un accès universel à leurs espaces et leurs services, permettant ainsi une meilleure inclusion des personnes en situation de handicap ou ayant recours à des mesures d’aide. Enfin, les principes du design universel et de la CUA peuvent également permettre de questionner l’offre en bibliothèque pour inclure tous les autres groupes minoritaires.

7. Liste des ressources (en ordre de mention)

Leduc, L. (2018). Le cégep est un droit, mais pas le diplôme. La Presse. Repéré à http://www.lescegeps.com/n/16218

Ed-ICT International Network. (s.d.). Repéré à http://ed-ict.com/

Jorgensen, M., Fichten, C., King, L. et Havel, A. (2017). Proceedings of the Ed-ICT International Network Montreal Symposium: Stakeholder Perspectives. Repéré à https://eduq.info/xmlui/handle/11515/35506

Loi assurant l’exercice des droits des personnes handicapées en vue de leur intégration scolaire, professionnelle et sociale. , RLRQ c E-20.1. Repéré à http://legisquebec.gouv.qc.ca/fr/ShowDoc/cs/E-20.1

Ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur. (2018). Étudiants et étudiantes en situation de handicap. Repéré à http://www.education.gouv.qc.ca/colleges/etudiants-au-collegial/accompagnement-et-soutien-des-etudiants/etudiants-en-situation-de-handicap/

Emploi et Développement social Canada. (2016). Le Traité de Marrakech. Documents d’information. Repéré à https://www.canada.ca/fr/innovation-sciences-developpement-economique/nouvelles/2016/03/le-traite-de-marrakech.html

Ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur. (2016). Exceptions à la Loi sur le droit d’auteur en milieu scolaire. Gouvernement du Québec. Repéré à http://www.education.gouv.qc.ca/fileadmin/site_web/documents/dpse/ress_didactiques/droit_dauteur_exceptions_loi.pdf

Centre for Applied Technologies (CAST). (2018). About Universal Design for Learning. Repéré à http://www.cast.org/our-work/about-udl.html#.Wv2gwKQvyHt

Secrétariat du Conseil du trésor. (2009). Standards sur l’accessibilité du Web. Repéré à https://www.tresor.gouv.qc.ca/ressources-informationnelles/architecture-dentreprise-gouvernementale/standards-et-normes/standards-sur-laccessibilite-du-web/

Kavanagh Webb, K. et Hoover, J. (2015). Universal Design for Learning (UDL) in the Academic Library: A Methodology for Mapping Multiple Means of Representation in Library Tutorials. College & Research Libraries, 76(4), 537‑553. Repéré à https://pdfs.semanticscholar.org/11f6/d66c33f03f66bb730dcb082e92a1135c5d0b.pdf

Marrall, R. (2017). Universal Design for Learning in Library Instruction. Dans ALA. Repéré à http://connect.ala.org/files/Poster%20Session%20UDL.pdf

O’Connor, L., Chodock, T. et Dolinger, E. (2009). Applying Universal Design to Information Literacy. Reference & User Services Quarterly, 49(1), 24‑32. doi:10.5860/rusq.49n1.24

Center for Digital Syracuse University, School of Innovation Studies. (2018). Project ENABLE- professional online development for teachers, librarians. Repéré à https://projectenable.syr.edu/

Université Concordia. (2018). Enable Montreal. Repéré à https://www.concordia.ca/content/concordia/en/about/community/enable.html?null

Raymond, O. et Havel, A. (2017). Étudiants en situation de handicap et inclusion dans les collèges du Québec. Bulletin de la documentation collégiale, (18). Repéré à https://eduq.info/xmlui/handle/11515/34823

Burgstahler, S. (s.d.). Equal Access: Universal Design of Libraries. ALA. Repéré à http://www.ala.org/alsc/sites/ala.org.alsc/files/content/NI14Handouts/Universal%20Design%20Checklist.pdf

Grondin, K. (s.d.). University Library: Accessibility Checking Toolbox: Introduction. Repéré à https://library.phoenix.edu/c.php?g=695112&p=4928400

Irvall, B. et Skat Nielsen, G. (2005). Access to libraries for persons with disabilities – CHECKLIST. International Federation of Library Associations and Institutions. Repéré à https://www.ifla.org/files/assets/hq/publications/professional-report/89.pdf

Conseil des bibliothèques universitaires de l’Ontario. (2014). Trousse d’information sur l’accessibilité pour les bibliothèques. Université de Toronto et Conseil des bibliothèques universitaires de l’Ontario. Repéré à https://ocul.on.ca/accessibility/

McMaster University Library. (2008, 8 juillet). Library Accessibility Services (LAS). McMaster University Library. Repéré 17 mai 2018, à https://library.mcmaster.ca/las

Bibliothèque de Mirabel. (2018). Besoins particuliers. Repéré à http://mbel.ent.sirsidynix.net/client/fr_CA/default/?rm=BESOINS+PARTIC0%7C%7C%7C1%7C%7C%7C0%7C%7C%7Ctrue&dt=list

Library of Congress. (2017). Touch Tours for the Blind. Repéré à https://www.loc.gov/today/cyberlc/feature_wdesc.php?rec=7997

One Response to Accès universel en bibliothèque collégiale : quels éléments considérer pour innover ?

  1. Il serait intéressant de connaître les actions prises par les responsables des bibliothèques collégiales pour répondre aux besoins posés par les handicaps ou les troubles de l’apprentissage. À Montmorency nous avons réalisé les actions suivantes : Portes à accès automatique, téléliseuse, livres audio pour étudiants référés par les conseillers en service adaptés, installation de Lexibar sur tous les portables prêtés aux étudiants et dans notre laboratoire (Logiciel de prédiction de mots et de synthèse vocale pour les personnes ayant des difficultés à lire et à écrire), prêt d’outils d’aide à la lecture et la rédaction (Smart Pen, Cpen, dictionnaires électroniques). Plus généralement, le développement de ressources électroniques (livres, articles de revue et vidéo éducative) facilite l’accès aux contenus de la collection et le décodage.

Leave a reply