Initiatives innovantes pour les usagers

OBJECTIF : Introduire de la nouveauté pour améliorer la réussite et la satisfaction des usagers

innovation en bibliothèque

Image tirée du compte Flickr de l’organisme CILIP, partagée sous licence Creative Commons BY-NC-SA 2.0

L’OCDE (2005) définit l’innovation comme étant la mise en œuvre d’un produit, que ce soit bien ou service, d’un procédé nouveau ou sensiblement amélioré, d’une nouvelle méthode organisationnelle dans les pratiques de l’entreprise, l’organisation du lieu de travail ou les relations extérieures.

Les bibliothèques du milieu de l’éducation souhaitent innover pour demeurer un environnement vivant, au cœur de l’apprentissage. Elles doivent par ailleurs répondre au changement de la population étudiante, mais aussi enseignante, qui travaille, étudie, vit avec le numérique et les technologies.

Pour cet article, nous avons remarqué que les services innovants mis en place dans les bibliothèques sont très souvent orientés selon trois axes : l’appropriation des espaces, la pédagogie active et enfin le droit de parole – pour être non seulement actif dans le changement, mais aussi être maîtres du changement.

Des lieux pour tout et pour tous

Pour commencer, les bibliothèques souhaitent rester un service pédagogique au cœur de la réussite tout en offrant des espaces accueillants pour tous les types d’usagers. Ces derniers veulent avoir à leur disposition des espaces qui répondent à une variété de besoins : étude individuelle, travail collaboratif, relaxation, échange, création… Depuis sa récente modernisation, la bibliothèque Webster de l’Université Concordia propose 22 types d’environnements aux étudiants afin que chacun puisse y trouver un endroit qui correspond à ses besoins, à ses attentes et à ses désirs. Auparavant, les bibliothèques ne s’inquiétaient pas de répondre aux diverses préférences des usagers, surtout en matière de confort. On s’attendait des bibliothèques qu’elles offrent des espaces de travail, mais essentiellement un accès aux ressources documentaires. L’offre informationnelle étant maintenant omniprésente et disponible à distance, les bibliothèques se doivent d’être plus à l’écoute pour continuer d’attirer une clientèle. Au collège Brébeuf, pour valoriser et permettre le travail d’étude individuel, c’est une salle de silence qui a été aménagée pour les étudiants. Dans certaines bibliothèques universitaires françaises (Saint-Etienne, Rennes), ce sont des salles de siestes qui voient le jour. Dans une volonté de favoriser les études et l’épanouissement des étudiants, la qualité de vie devient centrale. Ainsi, on met à la disposition des étudiants des jeux, des casse-têtes, et même parfois des legos. Dans les exemples ci-dessus, l’innovation tient au fait que la bibliothèque se positionne non seulement en lieu d’étude, mais en lieu de vie. Elle prend soin de ses usagers, dans une optique où les étudiants plus reposés et plus détendus seront plus à enclin à poursuivre leurs apprentissages.

Se former… activement

En plus d’être des milieux de vie, les bibliothèques, à l’instar des établissements d’enseignement desquels elles relèvent, adaptent leurs modes de formation et mettent en pratique les principes de pédagogie active, qui demandent aux étudiants d’être véritablement acteurs de leurs apprentissages. Par l’entremise des espaces de création et d’expérimentation (FabLabs, MédiaLab, MakerSpace, etc.), les bibliothèques deviennent des incubateurs du savoir. Ces espaces que l’on voit se développer dans les bibliothèques, qu’elles soient municipales ou d’enseignement, connaissent un fort succès. La conceptualisation, la fabrication, l’échange, l’expérimentation, la communauté sont des mots-clés associés à ce type d’initiative. Les étudiants deviennent des créateurs et parfois même des instructeurs. Le formateur devient quant à lui un facilitateur, un médiateur entre l’étudiant et les machines. L’innovation pédagogique à travers l’utilisation des labs permet de concrétiser des concepts parfois très abstraits, ce qui permet une meilleure appropriation des savoirs. Aussi, les usagers partagent leurs expériences et s’enrichissent mutuellement par l’échange et la discussion. Enfin, les étudiants apprennent à explorer, à faire des erreurs et à améliorer leurs produits. Ils apprennent à apprendre.

L’apport des usagers

Le dernier aspect que nous voulions mentionner dans cet article est la participation des usagers, participation que l’on pourrait qualifier de « citoyenne ». Il est possible de solliciter l’opinion de la communauté de diverses manières, dont les sondages, mais une démarche plus approfondie donnera un résultat plus riche et un engagement plus grand des participants. C’est ce qu’a réalisé la bibliothèque de l’Université de Laval à travers une série d’ateliers créatifs. En effet, à l’automne 2016, une consultation a été réalisée avec la collaboration de l’organisme Espaces Temps, qui se spécialise dans les projets d’innovation principalement en bibliothèque. Des groupes d’usagers ont été créés avec des enseignants, des étudiants, des architectes, du personnel de la bibliothèque et des responsables du service des immeubles. Les groupes devaient imaginer la bibliothèque idéale avec en toile de fond la définition suivante :

« Une bibliothèque idéale est une « invitation ». C’est un espace où l’on se sent bien, où l’on peut faire, apprendre et enseigner plein de choses, où l’on a accès à de la connaissance multisupport et à des espaces prévus pour collaborer et échanger. » (Espaces Temps, 2017)

Les usagers sont ainsi mis à contribution afin que la modernisation de la bibliothèque (dans ses espaces, ses équipements, ses services, etc.) soit en phase avec les besoins et les attentes de la communauté. La bibliothèque ne peut plus être uniquement pensée par des bibliothécaires, mais doit être imaginée par et pour les usagers.

Les changements que vivent et que vivront les bibliothèques illustrent un certain tiraillement : elles doivent continuer de remplir leurs missions traditionnelles tout en repensant leurs espaces, leurs façons de faire et leurs interactions avec les usagers. Innover tout en assurant une stabilité : tout un défi! Pour ne pas se tromper de direction dans la transformation, les bibliothèques auront avantage à miser sur les communautés qu’elles servent, en plaçant le public au centre de leur démarche. C’est pourquoi il est pertinent d’inclure nos usagers dans nos pratiques afin que nos pratiques reflètent nos usagers.

Médiagraphie

Organisation de coopération et de développement économiques. Manuel d’Oslo : Principes directeurs pour le recueil et l’interprétation des données sur l’innovation, 3e édition, Éditions de l’OCDE, Paris, 2005, 184 pages.

Karl Rettino-Parazelli. (5 décembre 2016). Les 21 nuances de la bibliothèque de demain. Le devoir. Le Devoir. Repéré à https://www.ledevoir.com/culture/486347/entretiens-concordia-mutations-numeriques-les-21-nuances-de-la-bibliotheque-de-demain

Espaces Temps. (2017). Consultation des usagers de la bibliothèque de l’Université de Laval, analyse et recommandations.

Jacquinet, M. (2011). Créer des services innovants : Stratégies et répertoire d’actions pour les bibliothèques. Presses de l’enssib. Repéré à doi :10.4000/books.pressesenssib.512

Association des directeurs et personnel de direction des bibliothèques universitaires et de la documentation. (2017). La communication en bibliothèque académique. Repéré à http://adbu.fr/competplug/uploads/2017/12/LivreBlanc_Communication_ADBU-1.pdf

James Roach. (23 mars 2018). L’Université Concordia achève l’audacieuse transformation numérique de la bibliothèque Webster. Université Concordia. Repéré à http://www.concordia.ca/content/shared/fr/actualites/central/nouvelles/2018/03/23/webster-library-digital-transformation.html?c=recherche/

Bibliothèque du cours collégial du Collège Jean-de-Brébeuf. (2017). Salle zéro bruit. Facebook. Repéré à https://www.facebook.com/pg/BibliothequeCollegeJeanDeBrebeuf/photos/?tab=album&album_id=1442955065795539

Antoine Oury. (05 avril 2018). Les étudiants de l’université Rennes 2 veulent une salle de sieste à la bibliothèque. Actualitte. Repéré à https://www.actualitte.com/article/monde-edition/les-etudiants-de-l-universite-rennes-2-veulent-une-salle-de-sieste-a-la-bibliotheque/88220

Eric Nunès. (07 février 2017). Une salle de sieste pour les étudiants épuisés. Le Monde. Repéré à http://www.lemonde.fr/campus/article/2017/02/07/une-salle-pour-rejoindre-les-bras-de-morphee-a-l-universite_5076002_4401467.html

Leave a reply