Quelques pistes pour favoriser le bien-être en bibliothèque

Le comité sur la bibliothèque innovante du REBICQ poursuit son exploration des thématiques qui retiennent l’attention dans les milieux documentaires depuis quelque temps. Pour ce second bulletin de l’année 2019, nous nous pencherons sur le bien-être en bibliothèque, avec un accent particulier sur les bibliothèques d’enseignement.

Définir le bien-être n’est pas nécessairement chose facile, compte tenu de la part de subjectivité que le terme évoque et des multiples aspects qu’il recouvre. Pour les fins de cette publication, nous considèrerons que le bien-être correspond à un « processus actif grâce auquel on fait des choix délibérés qui devraient nous permettre d’avoir une vie plus épanouissante, plus accomplie et plus satisfaisante. En tant que tel, le bien-être est une approche qui met l’accent sur la personne prise dans son intégralité, et pas uniquement sur l’organisme biologique » (Hettler, 1984, cité dans Ministère de l’Éducation de l’Ontario, 2011). Selon cette définition, le bien-être doit être appréhendé de manière globale et participe à la réalisation du plein potentiel des individus.

Les bibliothèques sont des lieux où l’intégration d’approches axées sur le bien-être peut avoir un impact positif sur les gens qui les fréquentent, tant chez les utilisateurs que chez les employés. Les documents qui suivent vous donneront quelques pistes à considérer.

Documents

Library Anxiety: Stories, Theories and Possible Solutions – article

Si les bibliothèques d’enseignement souhaitent contribuer au bien-être des étudiants, il convient sans doute d’abord de réfléchir aux barrières qui se dressent entre elles et leurs usagers. L’un de ces obstacles est l’angoisse de la bibliothèque (library anxiety en anglais), un sentiment d’inconfort ressenti par plusieurs étudiants au moment d’utiliser la bibliothèque de leur institution. Si l’environnement même de la bibliothèque peut paraître intimidant à certains, c’est souvent le contact avec le personnel que les étudiants redoutent le plus. L’auteure de l’article nous invite donc à reconsidérer nos interactions avec les étudiants, à reconnaître qu’au-delà de leur besoin d’information, c’est un besoin de soutien qu’ils expriment. Elle suggère d’établir des relations significatives avec les étudiants, fondées entre autres sur l’ouverture, l’authenticité, l’empathie et le respect, de manière à réduire l’anxiété et à créer des espaces qu’ils trouveront invitants.

Academic Libraries as Active Contributors to Student Wellness – article

Cet article montre comment les bibliothèques académiques peuvent contribuer au bien-être des étudiants, et ce, de plusieurs façons. Les auteures évoquent les six dimensions du bien-être selon Hettler (physique, intellectuel, émotionnel, spirituel, social et professionnel), qui servent d’appui au déploiement de plusieurs programmes. L’article détaille des initiatives en santé physique et mentale proposées en bibliothèque, discute d’aménagements conçus de manière holistique pour les étudiants et recense des activités de réduction du stress, entre autres. L’importance de la collaboration avec les services aux étudiants et avec les centres d’aide dans l’implantation de telles mesures est soulignée.

Helping students to “study happy” – article

Le programme « Study Happy » de la bibliothèque de l’Université de Warwick, en Angleterre, est présenté dans cet article, de même que d’autres initiatives en santé et bien-être. On y encourage les étudiants à suivre les 5 étapes vers le bien-être : établir des relations, être actif, être attentif, continuer d’apprendre et donner (connect, be active, take notice, keep learning, give; voir https://neweconomics.org/2011/07/five-ways-well-new-applications-new-ways-thinking). Entre autres activités, la bibliothèque distribue des balles anti-stress et organise des ateliers de crochet et de zoothérapie.

Kidding Around: Using Play to Enhance Students’ Well-Being and Learning – article

Se basant sur des études et des recommandations publiées entre autres par l’American College Health Association et la Canadian Association of College and University Student Services, les auteures de cet article avancent que l’ensemble de la communauté académique est responsable de la santé mentale de ses membres et que les bibliothécaires doivent évaluer les impacts de leurs actions sur le bien-être des étudiants. Elles développent l’idée que le jeu en bibliothèque comporte plusieurs bénéfices pour les apprenants. Elles donnent en exemple les activités ludiques ou relaxantes proposées à la bibliothèque de l’Université de Calgary, qui incluent des bricolages pour décorer la bibliothèque et des coloriages grand format, mais aussi des massages sur chaise et l’installation d’une fontaine de chocolat une journée par semestre !

Câlins, douceurs et illuminations à la bibliothèque – diaporama

Plus près de nous, la bibliothèque de droit de l’Université de Montréal a démarré en 2017 le projet pilote de « Semaine sans stress ». Des animations étaient proposées chaque jour aux étudiants, comme un atelier de tricot, une conférence sur la nutrition et la gestion du stress ou un midi de jeux de société, sans oublier le bar à bonbons et la zoothérapie. La réponse des participants à ces activités a été tellement positive que le programme est maintenant espacé sur tout le semestre et est intégré au calendrier des activités de la bibliothèque. De la luminothérapie a également été ajoutée aux services.

Donuts, dogs and de-stressing: library initiatives to ease student stress – billet de blogue

Ce billet recense quelques autres propositions destinées à réduire le stress et l’anxiété chez les étudiants. Sont mentionnées la « Night of a Thousand Donuts » de Michigan State University Libraries, pendant laquelle le personnel remplit des chariots de collations pour les offrir aux étudiants présents à la bibliothèque; la longue nuit anti-procrastination à Loyola Marymount University, où on sert de la pizza et propose des pauses yoga, et la semaine de réduction de stress à l’Université de Toronto, avec des jeux, des tatouages au henné et des distributions de sacs à surprises.

Choisir le bonheur et promouvoir le bien-être et la productivité en bibliothèques – article

Bien que la plupart des initiatives relevées ci-dessus s’adressent aux étudiants, il est fondamental de considérer également le bien-être des employés de la bibliothèque. Cet article aborde la qualité de vie professionnelle comme facteur de productivité en bibliothèque, notamment en ayant recours à la psychologie positive. Une variété de pratiques (coaching, rétroaction, désignation d’objectifs mesurables, consultation des équipes, etc.) est proposée de façon à accroître la satisfaction et le bien-être au travail.

(Re)considérer nos interactions, nos services, nos espaces, nos activités et nos relations professionnelles sous l’angle du bien-être permet de stimuler l’innovation et d’explorer des approches où les individus, la communauté, sont véritablement au cœur de la bibliothèque. Nous sommes tentés de conclure en affirmant, comme R. David Lankes dans Exigeons de meilleures bibliothèques, que « la vraie collection de n’importe quelle bibliothèque, ce n’est pas [la documentation], c’est la communauté elle-même. » Prenons-en soin!

Bibliographie

Bélanger, N. (2018). Câlins, douceurs et illuminations à la bibliothèque. Repéré à http://congrescpi.com/wp-content/uploads/2018/11/1-CPI_2018_Calins_douceurs_illuminations.pdf

Bennett, K. (11 décembre 2018). Donuts, dogs and de-stressing: library initiatives to ease student stress [Billet de blogue]. Repéré à https://blog.oup.com/2018/12/donuts-dogs-de-stressing-library-programs-ease-student-stress/

Brewerton, A. et Woolley, R. (2016). Helping students to ‘study happy’. CILIP Update, (octobre 2016), 28-30. Repéré à http://wrap.warwick.ac.uk/83173/1/WRAP_Brewerton_Update_10_pp28-30.pdf et à https://cilip.pagelizard.co.uk/webviewer/#cilipupdateoctober2016/cover

Clarke, K. et Morrow, L. (2017). Kidding Around: Using Play to Enhance Students’ Well-Being and Learning. PNLA Quarterly, 81(1), 32-40. Repéré à https://arc.lib.montana.edu/ojs/index.php/pnla/article/view/1035/855

Gamache, É. (2017). Choisir le bonheur et promouvoir le bien-être et la productivité en bibliothèques. Documentation et bibliothèques, 63(1), 42–47. DOI: https://doi.org/10.7202/1039072ar

Lankes, R. D. (2018). Exigeons de meilleures bibliothèques. Repéré à http://ateliers.sens-public.org/exigeons-de-meilleures-bibliotheques/media/Lankes_Exigeons-de-meilleures-bibliothèques_2018.pdf

Ministère de l’Éducation de l’Ontario. (2011). Cadre de recherche sur le bien-être des élèves. Repéré à http://www.edu.gov.on.ca/fre/policyfunding/memos/august2011/studentResearchSummaryFr.pdf

Ramsey, E. et Aagard, M. C. (2018). Academic Libraries as Active Contributors to Student Wellness. College & Undergraduate Libraries, 25(4), 328-334. Repéré à https://scholarworks.boisestate.edu/cgi/viewcontent.cgi?article=1142&context=lib_facpubs

Shelmerdine, A. J. (2018). Library Anxiety: Stories, Theories and Possible Solutions. Journal of the Australian Library and Information Association, 67(4), 343-352. DOI: 10.1080/24750158.2018.1534281

Leave a reply